Qui sommes-nous? / Who are we?

« Systèmes toponymiques » est un programme de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (coord. S. Dhennin, Cl. Somaglino). Il est développé en partenariat avec l’université Paris-IV Sorbonne (Centre de Recherches égyptologiques de la Sorbonne) et le Deutsches Archäologisches Institut Kairo (DAIK).

« Toponymic Systems » is a programme of the Institut français d’archéologie orientale in Cairo (coord. S. DhenninCl. Somaglino), in partnership with the University Paris-IV Sorbonne (Centre de Recherches égyptologiques de la Sorbonne) and the Deutsches Archäologisches Institut Kairo (DAIK).

L’étude de la toponymie est essentielle pour comprendre la manière dont une société (se) représente et s’approprie l’espace dans lequel elle évolue, les relations qu’elle entretient avec son milieu. Chaque culture développe une manière unique de localiser et nommer, de délimiter et ordonner, qui renvoie à un système de classification et à une perception de l’espace qui lui est propre. Les différentes cultures qui se sont succédé en Égypte ont chacune laissé leur trace dans la toponymie égyptienne, des traces que l’on retrouve encore aujourd’hui dans les noms de lieux de l’Égypte contemporaine. Chaque époque, chaque langue, tout en conservant une partie du fonds ancien, a apporté de nouvelles manières de nommer et de s’approprier les lieux. Plusieurs systèmes toponymiques, en égyptien ancien, grec, copte, arabe se succèdent, s’entremêlent, cohabitent ou s’affrontent sur le même espace, la «production de l’espace» au sens défini par Henri Lefebvre étant alors jeu et enjeu de pouvoir. Plusieurs langues cohabitent ainsi dans la documentation écrite entre l’époque hellénistique et le XIIIᵉ siècle environ, et chacune n’emploie pas systématiquement les mêmes toponymes pour désigner les mêmes lieux.

Mais chaque séquence chronologique voit également cohabiter plusieurs systèmes. Pour l’Égypte pharaonique par exemple, système toponymique administratif et religieux ne se recoupent que partiellement, chacun ayant ses enjeux propres. Dans le cas de la toponymie religieuse, les spéculations des prêtres déploient une géographie en rapport avec des mythes ou des croyances. Il s’agit, pour eux, de révéler un espace idéal et préexistant, de le faire exister par la performativité du nom, par exemple, dans le cadre du développement du mythe osirien au premier millénaire avant J.-C. Les prêtres ont ainsi sélectionné et réinterprété une série de toponymes pour les inclure dans un nouveau système, cohérent et spécifique à la théologie du dieu Osiris.

L’idée selon laquelle le territoire forme un système cohérent, porteur de sens, n’a été appliquée à l’Égypte que récemment. Le volet toponymique des études sur le territoire a jusqu’à présent essentiellement eu pour objectif la création de dictionnaires, dont les principaux recensent dans une perspective topographique et sans vraiment les distinguer, les toponymes égyptiens, qu’ils soient religieux, administratifs, ou même imaginaires.

Dans le cadre du programme «Systèmes toponymiques», les recherches sont menées autour de deux problématiques principales et étroitement complémentaires: découpage et individualisation des territoires d’une part; perception et représentation de l’espace d’autre part. Différentes échelles d’analyse seront prises en considération, de la microtoponymie à la désignation de l’Égypte elle-même. Elles s’accompagnent d’une réflexion autour des particularités de la recherche toponymique dans le cadre de l’histoire égyptienne, aussi bien antique que médiévale et son insertion au sein de l’ensemble des recherches menées dans les sciences onomastiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *