Parution de Décrire, imaginer, construire l’espace. Toponymie égyptienne de l’Antiquité au Moyen Âge

par Claire Somaglino et Sylvain Dhennin

1115

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution aux presses de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire de l’ouvrage Décrire, imaginer, construire l’espace. Toponymie égyptienne de l’Antiquité au Moyen Âge, qui constitue le volume 39 de la série RAPH.

Il s’agit de la publication des actes des deux journées d’étude de toponymie que nous avons organisées au Caire (Ifao) et à Paris (université Paris-Sorbonne) en novembre 2011 et 2012, et dont voici le sommaire.

Nous vous livrons ici l’introduction de ce volume.

Vous pouvez commander l’ouvrage sur le site de l’Ifao.

Note de lecture : Augustin BERQUE, La Mésologie, pourquoi et pour quoi faire ?

Galerie

Cette galerie contient 2 photos.

par Claire Somaglino Vient de paraître aux presses universitaires de Paris Ouest, un petit opuscule écrit par Augustin Berque, texte d’une conférence qu’il avait donnée début décembre 2013 à l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense. En quelques 65 pages, l’auteur expose le … Lire la suite

Un Village égyptien et sa campagne : étude de la microtoponymie du territoire d’Aphroditê (VIe s. -VIIIe s.)

Galerie

Isabelle Marthot a soutenu le 6 décembre 2013 à l’EPHE sa thèse, intitulée Un Village égyptien et sa campagne : étude de la microtoponymie du territoire d’Aphroditê (VIe s. -VIIIe s.), réalisée sous la direction de Jean-Luc Fournet. Elle participe au … Lire la suite

Le papyrus Wilbour : une source exceptionnelle pour l’étude de la toponymie et de la microtoponymie égyptienne. Quelques réflexions tirées d’une étude en cours.

Galerie

Cette galerie contient 6 photos.

par Claire Somaglino Les sources disponibles pour l’analyse de la toponymie et de la microtoponymie des campagnes égyptiennes sont relativement rares à l’époque pharaonique, à l’exception d’un document exceptionnel, le papyrus Wilbour (P. Brooklyn E 34.5596), qui date de l’an … Lire la suite

Présentation du projet de Lexique multilingue des termes géographiques de l’Égypte ancienne et médiévale

Galerie

Cette galerie contient 2 photos.

par S. Dhennin et Cl. Somaglino Le traitement de la documentation toponymique nous amène régulièrement à rencontrer des termes géographiques désignant les découpages administratifs, les établissements humains, les types de terres cultivables, les reliefs, etc. Ces termes précédent souvent des … Lire la suite

A propos de Trismegistos Places: une interview de Herbert Verreth

Galerie

La base de données en ligne Trismegistos Places est un outil de recherche indispensable pour la toponymie de l’Égypte gréco-romaine. Elle succède au Fayum Project et appartient à la base Trismegistos, qui est développée au sein du projet Multilinguisme et … Lire la suite

Systèmes Toponymiques

L’étude de la toponymie est essentielle pour comprendre la manière dont une société (se) représente et s’approprie l’espace dans lequel elle évolue. Chaque culture développe une manière unique de localiser et nommer, de délimiter et ordonner, qui renvoie à un système de classification et à une perception de l’espace qui lui est propre. Le processus de nomination d’un territoire est également essentiel pour son appropriation et sa domination par le pouvoir en place.
L’ensemble des noms de lieux forme souvent un ou plusieurs systèmes pouvant fonctionner de manière concomitante. Toponymie administrative et religieuse forment ainsi des systèmes apparentés mais distincts, chacun ayant sa propre logique et ses propres objectifs. De même, à partir de l’époque ptolémaïque, la toponymie en langue égyptienne pharaonique continue d’être employée dans certains contextes alors que se développe parallèlement une toponymie en langue grecque, désignant les mêmes lieux.
Les recherches menées dans le cadre du programme « Systèmes toponymiques de l’Égypte » (programme de l’Ifao en collaboration avec Paris-IV Sorbonne et le Deutsches Archäologisches Institut Kairo) se développent autour de deux thématiques principales et étroitement complémentaires : découpage et individualisation des territoires d’une part ; perception et représentation de l’espace d’autre part. Elles s’accompagnent d’une réflexion épistémologique autour des particularités de la recherche toponymique dans le cadre de l’histoire égyptienne, aussi bien antique que médiévale et son insertion au sein de l’ensemble des recherches menées dans les sciences onomastiques.