Note de lecture : Augustin BERQUE, La Mésologie, pourquoi et pour quoi faire ?

par Claire Somaglino

Mésologie

Vient de paraître aux presses universitaires de Paris Ouest, un petit opuscule écrit par Augustin Berque, texte d’une conférence qu’il avait donnée début décembre 2013 à l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense. En quelques 65 pages, l’auteur expose le parcours scientifique et intellectuel qui l’a conduit à s’intéresser à la mésologie (science des milieux), à la (re)fonder et en synthétise les grandes articulations et définitions, en particulier au travers des concepts de « médiance » et de « trajection ».

Je pourrais continuer ici sous la forme d’une note de lecture classique et résumer les grands points de l’ouvrage, mais il me semble important tout d’abord de préciser pourquoi cet intérêt pour la mésologie dans le cadre d’un programme de recherche sur la toponymie égyptienne antique et médiévale. Tout au long de l’élaboration de Systèmes Toponymiques, notre principal intérêt n’a pas été – nous l’avons déjà précisé ailleurs[1] – l’aspect purement linguistique de la toponymie, ou encore la seule localisation sur une carte des lieux dénommés – d’ailleurs souvent impossible. Il nous a dès le départ semblé plus porteur de sens et novateur d’envisager nos recherches dans le cadre d’une réflexion élargie sur l’espace égyptien, sa gestion et sa perception – dans lequel linguistique et « localisation » ne sont que des « outils » parmi d’autres.

Pour cela, nous nous sommes largement nourris des outils théoriques de la géographie, et plus particulièrement des travaux initiés par Jacques Lévy et Michel Lussault. Pour ne citer que ceux-ci, le Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés paru en 2003 chez Belin[2], qu’ils ont co-dirigé, ou encore l’essai de Michel Lussault, L’Homme spatial, la construction sociale de l’espace humain, paru en 2007 au Seuil, ont été de constants moteurs et sources de réflexions.

Au cours de ces lectures, ou encore au détour des pages des ouvrages de Gérard Chouquer consacrés à l’archéogéographie[3], le nom d’Augustin Berque, et les concepts de médiance, de trajection, d’écoumène sont souvent apparus. Il avait en particulier rédigé plusieurs notices du Dictionnaire, comme celles consacrées au « Lieu », au « Géogramme » ou à l’ « Écoumène ». Mais j’avoue que la terminologie employée – que ce soit celle forgée par A. Berque ou les termes qu’il empreinte largement à la philosophie – m’avait quelque peu intimidée, et je remettais toujours à plus tard l’exploration de la mésologie, sentant confusément qu’il fallait s’y « plonger » sérieusement.

La parution de La Mésologie, pourquoi et pourquoi faire ?, que j’ai croisé par hasard en ce mois d’août sur les tables au choix d’ouvrage toujours si judicieux de la librairie Compagnie à Paris – sources de multiples découvertes qui n’ont pas peu marqué mon cheminement intellectuel –, est venu réactiver l’envie de m’initier aux travaux d’Augustin Berque. D’autant que la période estivale incite aux lectures « hors-pistes », de celles qui nourrissent en profondeur la réflexion et enrichissent au final très souvent nos sujets de recherche favoris.

Et c’est bien de cela qu’il s’agit ici. Il faut certes parfois « s’accrocher » pour « digérer » complètement certains passages, mais l’auteur définit généralement les termes ou donne des exemples précis, issus en particulier de la culture japonaise, dont il est un spécialiste. Une pensée riche et complexe ne se laisse de toutes les façons pas décoder à la toute première lecture, et l’on a un réel plaisir à s’arrêter, réfléchir, revenir sur tel ou tel paragraphe… Il est également particulièrement intéressant de comprendre l’élaboration de la pensée d’A. Berque, de ses jeunes années de thèse en géographie, à son très long séjour au Japon et son enseignement à l’EHESS. Il décrit avec franchise comment ses études de géographie, le contact avec le terrain, lui ont fait davantage sentir intuitivement dans un premier temps, l’importance du « milieu ». Puis l’apport progressif de ses diverses lectures – en particulier Tetsurô Watsuji – et une réflexion sans cesse reprise au prisme de celles-ci, lui ont permis progressivement, dans plusieurs ouvrages, de formaliser « sa » mésologie (puisque le terme n’est pas de lui).

Et combien est ambitieux le programme ! « La mésologie n’est rien de moins qu’une remise en cause des fondements du paradigme occidental moderne classique, celui qui a permis la révolution scientifique et, de là, la modernité » (p. 67)… rompre avec le dualisme sujet-objet… en bref repenser les rapports de l’homme au monde ! C’est là l’objectif large que donne Augustin Berque à la mésologie. Et en cela, ce n’est plus uniquement le chercheur qui est interpellé par ses propos, mais bien l’homme et le citoyen, désireux d’envisager autrement – et il y a là urgence en la matière ! – les relations de l’homme à son environnement.

L’objectif plus spécialisé que l’auteur donne également à la mésologie (et c’est d’ailleurs par là qu’il a commencé), se situe dans « un champ de recherche plus ou moins assimilable à la géographie culturelle, à l’anthropologie de la nature, à l’écologie politique, voire à l’économie territoriale ou au droit de l’environnement » (p. 67). C’est à ce titre qu’elle nous intéresse plus particulièrement pour nos études de toponymie égyptienne [il ne s’agira pas cependant ici de chercher à plaquer concepts et vocabulaire sur nos « analyses égyptiennes », mais plutôt d’évoquer quelques exemples qui me sont parfois venus en tête à la lecture de ces pages]. Les concepts de « médiance » et de « trajection », créés par A. Berque, en constituent les fondements. Ils sont redéfinis ici dans les chapitres 3 et 4 de ce court essai. Si les termes employés effraient peut-être le néophyte… les concepts qu’ils recouvrent sont particulièrement opératoires. Je ne tenterai pas ici de les résumer, mais je donne simplement quelques citations qui inciteront à la lecture : « la médiance, en somme, c’est le couple dynamique formé par l’individu et son milieu, et c’est ce couple qui est la réalité de l’humain dans la plénitude existentielle » (p. 33), ces « deux moitiés constitutives de l’être humain concret : son corps animal et son corps médial (i.e. son milieu) », ne peuvent exister qu’ensemble (p. 37). Ce qui entraîne donc à penser autrement le « milieu » : « dire que le milieu est à la fois naturel et culturel, collectif et individuel, subjectif et objectif, c’est dire qu’il faut essayer de le penser dans sa dimension propre ; laquelle n’est ni celle de l’objet, ni celle du sujet, mais celle des pratiques qui ont engendré le milieu au cours du temps, et qui sans cesse l’aménagent/réaménagent » (p. 40). Une dimension que l’auteur qualifie de « trajective ».

Cette analyse a aussi le grand avantage de prendre pleinement en compte la dimension temporelle, notamment grâce aux « chaînes trajectives » (chapitre 6) : le mouvement est permanent, mais s’appuie constamment sur l’existant pour le modifier, le réinventer. On pensera ici aux « systèmes toponymiques » égyptiens : l’arrivée de nouveaux dirigeants, de populations nouvelles, d’une nouvelle langue, etc., ne gomme jamais complètement les anciens systèmes. Les nouveaux arrivants s’appuient sur ces systèmes existants, modifient ou ajoutent les éléments qu’ils jugent nécessaires à la prise de possession du territoire, à l’affirmation de leur autorité. Le reste est conservé, transposé, transformé progressivement par le passage d’une langue à l’autre (de l’égyptien ancien au grec et à l’arabe).

La toponymie est justement une bonne entrée pour appréhender les interactions constantes entre l’homme et son milieu, pour comprendre « comment la réalité d’un certain monde apparaît à ceux qui en relèvent » (p. 22). Car dénommer les lieux est un acte symbolique, même lorsqu’il s’agit d’un microtoponyme désignant un champ ! La toponymie donne moins une idée de l’environnement dans lequel évoluait les hommes, que des relations, spécifiques à chaque culture et chaque période, de l’homme à cet environnement. Les lieux n’existent finalement que par la nomination.

La réflexion d’Augustin Berque sur la linguistique, qu’il développe plutôt dans Poétique de la Terre. Histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie – qui vient également tout juste de paraître chez Belin –, m’intéresse également dans le cadre de la réflexion sur les processus de nomination. Récusant une projection arbitraire des signifiants et du sens sur les choses, Augustin Berque envisage là encore l’ensemble en terme de trajection, de rapports trajectifs, de chaînes trajectives : « mots et choses croissent ensemble » ; « les mots n’ont de sens que grâce au lien qu’ils ont toujours avec la substance, la chose ». Ou le lieu donc. Les mots, les toponymes, ne signifient que « dans un certain milieu et une certaine histoire ». La toponymie religieuse égyptienne en est un exemple particulièrement éclatant, que l’on peut mettre en résonance ici avec les « lieux renommés » de la littérature japonaise (Poétique de la Terre, p. 132-133).

Les processus analysés par A. Berque m’ont immédiatement évoqué un cas égyptien que j’ai analysé par ailleurs[4], celui du « surnom de pays » Khetem, employé dans les textes et légendes de scènes inscrits sur les parois des temples ptolémaïques pour désigner l’Égypte. Il constitue un bon exemple de ce « processus de création continu ». Pour expliquer l’emploi de ce toponyme Khetem, il faut comprendre les références culturelles et historiques à disposition des hiérogrammates du temple d’Edfou qui l’ont forgé, mais également leurs intentions quant à l’emploi précis de ce « surnom », dans une volonté d’influer à plusieurs niveaux sur leur milieu. Ils emploient donc, pour qualifier l’Égypte, un terme dont le sens étymologique est « ce qui est clôt, ce qui est scellé »… donc ce qui est sécurisé et imperméable aux invasions extérieures telles qu’elles touchaient l’Égypte depuis plusieurs siècles, avec une virulence toute particulière au moment de la création du terme. Mais le nom commun khetem était également en usage au temps du plus grand rayonnement de l’empire égyptien (le Nouvel Empire), pour désigner les postes-frontières du pays, en particulier celui de la frontière nord-est, point d’entrée le plus fragile. J’ai démontré en détail qu’il s’agit ici d’une référence voulue et explicite de la part des créateurs de ce « surnom », afin de faire appel à tout un arrière-pays de liens et de correspondances, de symbolisme et d’images. Ici, c’est donc la « fonction évocatoire » plus que locative du toponyme qui joue à plein. Par la création de ce terme, il s’agit bien, par retour sur la réalité, par la performativité de l’écrit, toujours si présente à l’esprit des Égyptiens, d’influer sur le monde. De faire exister l’Égypte en tant que ce pays scellé, fermé, donc préservé. Co-suscitation donc. Rapidement cependant, Khetem n’est plus employé dans les textes des temples d’Edfou et de Dendera qu’avec un sens moins marqué : il désigne l’Égypte, mais sans la charge symbolique précédemment évoquée. On retrouve là encore un processus de « sclérose » largement décrit par A. Berque (p. 132).

J’ai donc trouvé dans les travaux d’A. Berque une singulière résonance avec les recherches de toponymie telles que nous les développons depuis trois ans. Mais aussi avec les travaux sur les zones de marge et de frontière de l’Égypte que je développe par ailleurs – bref, avec un intérêt particulier pour l’analyse des relations entre les Égyptiens et leur milieu. D’où le choix de rédiger cette brève note de lecture, afin de donner écho à cette résonance. Parce qu’après tout, un carnet de recherche est aussi fait pour partager nos enthousiasmes, pour montrer nos influences, notre démarche… bref notre recherche telle qu’elle se fait.

Pour aller plus loin :

– Pour l’actualité de la recherche en mésologie et de nombreuses ressources, consulter le site Mésologiques, étude des milieux, URL : http://ecoumene.blogspot.fr

– A. Berque s’est vu confier de 2012 à 2014 la première chaire « Développement des territoires et innovations » de l’université de Corse : http://fundazione.univ-corse.fr/Chaire-Developpement-des-territoires-et-innovation_r10.html

Les vidéos intégrales des conférences qu’il a données dans ce cadre sont disponibles en ligne sur la chaîne de l’université : https://www.dailymotion.com/playlists/user/univcorse/1


[1] Voir les pages de présentation du programme sur ce site (Qui sommes-nous et Axes de recherches), et l’introduction que Sylvain Dhennin et moi-même avons écrite pour les actes des deux colloques de toponymies organisés dans le cadre du programme en 2011 et 2012 (« Les enjeux de la toponymie égyptienne », Décrire, imaginer, construire l’espace : toponymie égyptienne de l’Antiquité au Moyen-Âge, RAPH, à paraître à l’Ifao).

[2] À noter la nouvelle édition revue et augmentée du Dictionnaire, publiée en 2013. Sur les impératifs qui ont présidé à cette nouvelle édition : J. Lévy, M. Lussault, « Penser en mouvement », EspacesTemps.net [en ligne], Traverses, 15/07/2014, URL : http://www.espacestemps.net/articles/penser-en-mouvement/ [page consultée le 25 août 2014].

[3]Pour une synthèse sur la définition et le positionnement de l’archéogéographie, cf. M. Watteaux, « La terre en héritage », EspacesTemps.net, Travaux, 27.08.2014, URL :
http://www.espacestemps.net/articles/la-terre-en-heritage/ [page consultée le 29 août 2014]

[4] Cl. Somaglino, « À propos des modes de dénomination de l’Égypte dans les textes ptolémaïques : le cas de Khetem », dans S. Dhennin, Cl. Somaglino (éds.), op.cit.


Systèmes Toponymiques

“Systèmes toponymiques” est un programme de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (coord. S. Dhennin, Cl. Somaglino) développé en partenariat avec l’université Paris-IV Sorbonne (Centre de Recherches égyptologiques de la Sorbonne), l’équipe du portail Trismegistos de la KU Leuven, et le Deutsches Archäologisches Institut Kairo (DAIK).

More Posts

Une réflexion au sujet de « Note de lecture : Augustin BERQUE, La Mésologie, pourquoi et pour quoi faire ? »

  1. Ping : Presses universitaires de Paris Ouest | La mésologie, pourquoi et pourquoi faire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *