Un Village égyptien et sa campagne : étude de la microtoponymie du territoire d’Aphroditê (VIe s. -VIIIe s.)

Le village de Kūm Išqāw

Le village de Kūm Išqāw 

Isabelle Marthot a soutenu le 6 décembre 2013 à l’EPHE sa thèse, intitulée Un Village égyptien et sa campagne : étude de la microtoponymie du territoire d’Aphroditê (VIe s. -VIIIe s.), réalisée sous la direction de Jean-Luc Fournet. Elle participe au programme Systèmes toponymiques depuis sa création, et se consacre plus particulièrement à la microtoponymie, qui constitue l’un de nos champs d’étude[1]. Nous publions ici sa position de thèse.

Situé en Haute-Égypte, sur la rive ouest, en face d’Antaioupolis, le village byzantin d’Aphroditê, appelé Aphroditô au début de la période arabe (actuel Kūm Išqāw), est documenté par deux ensembles tout à fait exceptionnels : les archives du poète et notaire Dioscore, qui couvrent presque tout le VIe s., auxquelles il faut adjoindre les archives de Phoibammôn et de Kollouthos (VIe s., avec quelques prolongements dans la première moitié du VIIe s.), et celles du dioikêtês Basileios qui se situent dans le premier quart du VIIIe s.

            Ces deux ensembles offraient une opportunité unique d’étudier les toponymes de cette région, et plus particulièrement les microtoponymes, c’est-à-dire les noms portés par des lieux inférieurs, en taille ou en statut, aux villages. Il est en effet rare que les sources, qui mentionnent en grand nombre des nomes, des métropoles et des villes, nous renseignent avec autant d’abondance et de précision sur le niveau en-deçà du village.

            Or, en ce qui concerne le village d’Aphroditê, à la quantité des documents s’ajoute leur homogénéité résultant de leur appartenance à des archives, ce qui accroît qualitativement la nature des informations. Les archives du VIe s. contiennent notamment, mais pas seulement, des documents cadastraux et de nombreux contrats de location de terrains, textes particulièrement riches en données microtoponymiques. Quant aux papyrus du début de la période arabe, ils comptent, comme pièces maîtresses, d’amples registres fiscaux énumérant toutes les propriétés sujettes à l’impôt foncier. Une fois réunis, ces deux ensembles regroupent près de 1000 textes.

            L’intérêt d’étudier les microtoponymes de ce village découle d’une spécificité de la documentation d’Aphroditê : non seulement ces textes parlent d’un village, mais ils en proviennent directement, ils y ont, pour la plus grande part, été rédigés, contrairement, par exemple, aux papyrus d’Oxyrhynchos qui, quel qu’en soit le nombre, proviennent souvent de la ville même d’Oxyrhynchos, donc de la métropole du nome, et donnent une image des villages qui peut être biaisée.

            Cela ne signifie pas pour autant que la documentation d’Aphroditê offre des sources d’une totale fiabilité. Les archives de Dioscore montrent elles aussi un certain aspect de la  campagne : en tant qu’archives familiales, elles surreprésentent les lieux d’activité de Dioscore et de ses proches par rapport à l’ensemble des terres du village, laissant des pans entiers du territoire dans l’ombre.

            En outre, si l’existence d’archives couvrant les VIe et VIIIe s. permet a priori une solide étude diachronique de la région d’Aphroditê à partir de documents qui en émanent, il faut être conscient d’une difficulté qui résulte de la nature des textes qui les constituent : aux archives privées de l’époque byzantine, comprenant contrats de vente et de location, reçus de loyers, comptes de gestion des diverses propriétés, testaments, succèdent à l’époque omeyyade des textes strictement administratifs, registres fiscaux, lettres et ordres de paiement émis par le gouvernement central. L’échelle et les perspectives des deux ensembles sont ainsi différentes, et au changement de contexte de rédaction risquent de correspondre des usages terminologiques divergents. Il est donc difficile de dresser des comparaisons terme à terme, de suivre des évolutions précises. Parce que les informations les plus précises et les plus variées s’y trouvaient, l’étude de la documentation byzantine constitue la partie centrale de mon travail.

            La première étape a été de relever tous les microtoponymes pour constituer un catalogue et d’y rassembler, pour chaque lieu portant un nom, les informations fournies par les textes. Les 650 fiches du catalogue constituent le volume II de la thèse.

            Ces recherches ont amené à s’interroger sur les types de lieux susceptibles de recevoir un nom propre. Différentes catégories se sont alors dégagées : κλῆροι, γεώργια, κτήματα, etc. Les noms de ces catégories constituent ce que j’ai choisi d’appeler des « désignations (micro)toponymiques ».

            C’est leur étude individuelle qui occupe l’essentiel de la synthèse réalisée. Pour comprendre le sens précis de chaque terme, il a fallu rappeler son étymologie, examiner son emploi général dans la documentation papyrologique puis son emploi particulier à Aphroditê. Un soin tout particulier a été apporté à cerner la nature de chaque texte dans lequel le terme étudié apparaît, ainsi que son contexte. En effet, les textes présentent des degrés variables dans la rigueur terminologique : ils peuvent contenir des expressions elliptiques, ou reprendre un terme spécifique par un terme générique une fois que la situation a été clairement exposée (et, du fait des conditions lacunaires de certains papyrus, ne nous est conservé parfois que ce dernier…). J’ai donc tenté d’identifier quels sont ces termes spécifiques, lesquels sont à mettre à un même niveau hiérarchique et sur quels critères ils se différencient les uns des autres. Cela a permis de dégager avec netteté les caractéristiques structurales de la campagne à l’époque byzantine. Une fois ces jalons posés, la documentation du VIIIe s. a été appréhendée dans l’optique de dégager des éléments de permanence ou de mutation.

            Malgré de nombreux efforts, il n’a pas été possible d’identifier des toponymes antiques avec des noms de lieux modernes. À défaut de carte précise, je ne peux que proposer une vingtaine de schémas, en annexe dans le volume III, permettant de visualiser, avec une approximation due aux limites des sources, les données connues sur la campagne à l’époque byzantine, qui permettent de rendre l’exposé moins austère.

            Le volume I, contenant la synthèse, est composé de trois chapitres. Le premier présente les données disponibles sur le village d’Aphroditê depuis l’époque pharaonique jusqu’au début du VIe s., confrontant les sources littéraires et documentaires pour faire le point sur l’éventualité d’un nome Aphroditopolite dont le futur village byzantin aurait été la métropole.

            Le deuxième chapitre est consacré à la période byzantine et traite de la riche documentation des archives de Dioscore. Sont d’abord examinés les processus de localisation et dénomination à l’œuvre en ce qui concerne le village lui-même. Vient ensuite l’examen de l’organisation de la campagne, pedias, et de ses subdivisions, klêroi, topothesiai et dekaneiai. Les composantes de la campagne sont ensuite étudiées : les hameaux, epoikia, et différents types de biens ruraux : arourai, gêdia, geôrgia, organa et ktêmata. Un point est fait sur les catégories de biens ruraux ne portant pas de nom. Enfin, le chapitre se clôt sur des remarques concernant les éléments structurant le paysage : les bornes, mais surtout le réseau d’irrigation. Les documents du VIe s. permettent de mettre en évidence le degré d’interpénétration des diverses activités agricoles et pastorales, aux antipodes des pratiques de spécialisation moderne. Le rôle prépondérant de l’arrosage, en plus de l’apport de la crue, est dégagé ainsi que la variété des types de cultures quel que soit la localisation du bien, les vignes par exemple n’étant pas cantonnées aux terres surélevées bordant le désert.

            Enfin, le troisième chapitre traite des documents du début du VIIIe s. La première question abordée est la nature même du territoire, assimilé abusivement dans les travaux précédents à une pagarchie, alors que la comparaison avec les textes byzantins montrent qu’il s’agit, ni plus ni moins, de la même zone géographique. Un changement net avec la période précédente est l’instauration de subdivisions fiscales nommées chôria, qui sont de trois types : des regroupements de portions de campagne, les pediades, des hameaux, les epoikia, et des monastères. Le fonctionnement des registres fiscaux, contenant l’essentiel des toponymes nécessitait un examen détaillé. Enfin, l’emploi des termes aroura, ktêma, gêdia et topos est étudié, mettant en lumière une nette différence d’usage par rapport au VIe s.

Au terme de cette étude, plusieurs constats peuvent être dégagés.

            Le premier porte sur l’originalité du statut d’Aphroditê. Si cette agglomération n’est probablement pas l’héritière d’une ancienne métropole de nome pharaonique, il n’est pas totalement exclu qu’elle ait pu être une ville, πόλις, à l’époque ptolémaïque et au début de la domination romaine. À l’époque byzantine, c’est un village autopracte dont le territoire est suffisamment large pour avoir besoin d’être divisé en parties de pedias et en klêroi, ce qui le distingue des autres villages connus de l’Antaiopolite. Au VIIIe s., Aphroditô ne dépend plus d’aucun nome mais, en tant que centre de dioikêsis autonome, il est en lien direct avec le gouvernement central. Ce village ne doit donc certainement pas être pris comme modèle-type de village de Haute-Égypte mais davantage comme l’exemple, à certains égards exceptionnel,  d’un « gros bourg », important par sa superficie et sa population, occupant une large partie de la vallée dans toutes les directions et notamment vers l’ouest jusqu’à la bordure désertique, où l’oros  a pu accueillir de manière privilégiée ses activités monastiques.

            Le second constat porte sur la terminologie employée : à de nombreuses reprises, nous avons relevé des expressions spécifiques à Aphroditê, comme l’emploi des adjectifs formés sur les points cardinaux pour distinguer les différentes parties du village, ou le nom de boskêma donné aux pâturages. C’est aussi le cas du terme dekaneia, typique des papyrus byzantins d’Aphroditê, sans que l’on puisse aisément savoir dans le cas présent si c’est seulement le terme qui est original, ou ce qu’il désigne, à savoir le découpage de la campagne en secteurs de surveillance confiés aux bergers. Cela a permis de remettre en doute des restitutions proposées dans des documents provenant d’autres régions d’Égypte. Pour ce qui est des textes qui viennent d’Aphroditê, il est probable qu’il y ait eu une terminologie « locale », qui ait privilégié, par exemple, « pedias » et « klêros », si régulièrement usités dans les documents d’Aphroditê, aux dépens de « pedion » et « topothesia » utilisés préférentiellement ailleurs.

            Enfin, le troisième constat porte sur le fait même de donner un nom à un lieu : à plusieurs occasions, on a pu remarquer que les microtoponymes ne coïncident pas exactement avec les découpages réels du territoire. Dans les comptes privés indiquant la gestion de propriétés agricoles comme dans les registres fiscaux, plusieurs biens ruraux peuvent être regroupés dans une entrée au nom du klêros dans lequel ces biens se trouvent, des microtoponymes disparaissant au profit d’autres désignant une zone plus vaste. À l’inverse, dans des contrats de location et de vente ainsi que dans les registres fiscaux, les microtoponymes renvoient à des lieux qui sont divisés en parts, sans que l’on puisse toujours savoir si cette « partition » correspond à une division physique du lieu, par exemple en deux avec une marque visible délimitant chaque moitié, ou à un partage en deux des revenus d’un lieu qui reste matériellement entier. Quoi qu’il en soit, dans tous ces cas, le toponyme n’est qu’un simple repère ; peu importe qu’il ne corresponde plus à la réalité, l’important est l’arrangement que concluent entre elles les personnes qui ont des intérêts communs touchant un bien-fonds. Cela explique à la fois la fréquence des toponymes utilisés dans la nomenclature des personnes, dans une finalité discriminante évoquée à plusieurs reprises, et, à l’inverse, la proportion des lieux qui portent des noms de personnes, c’est-à-dire des toponymes qui ont d’abord été des anthroponymes.

I. Marthot

Systèmes Toponymiques

“Systèmes toponymiques” est un programme de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (coord. S. Dhennin, Cl. Somaglino) développé en partenariat avec l’université Paris-IV Sorbonne (Centre de Recherches égyptologiques de la Sorbonne), l’équipe du portail Trismegistos de la KU Leuven, et le Deutsches Archäologisches Institut Kairo (DAIK).

More Posts

Une réflexion au sujet de « Un Village égyptien et sa campagne : étude de la microtoponymie du territoire d’Aphroditê (VIe s. -VIIIe s.) »

  1. Ping : Un Village égyptien et sa campagne : étude de la microtoponymie du territoire d’Aphroditê (VIe s. -VIIIe s.) | Systèmes Toponymiques - Antic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *