Le papyrus Wilbour : une source exceptionnelle pour l’étude de la toponymie et de la microtoponymie égyptienne. Quelques réflexions tirées d’une étude en cours.

par Claire Somaglino

Wilbour

Les sources disponibles pour l’analyse de la toponymie et de la microtoponymie des campagnes égyptiennes sont relativement rares à l’époque pharaonique, à l’exception d’un document exceptionnel, le papyrus Wilbour (P. Brooklyn E 34.5596), qui date de l’an 4 du règne de Ramsès V (v. 1160-1156 av. J.-C.) et dont la provenance est inconnue. Ce papyrus fiscal donne un aperçu inédit sur la microtoponymie de l’Égypte à l’époque ramesside et sur la perception du paysage par les Égyptiens.

Même s’il ne livre pas l’ensemble du répertoire toponymique des régions recensées (grossièrement entre le nord du Fayoum et Minia, en Moyenne-Egypte : soit environ 140 km), près de 800 repères différents sont fournis pour la localisation d’environ 3400 parcelles de terre. Certaines indications relèvent de la toponymie, d’autres du simple repère paysager, qui n’était pas forcément destiné à être pérennisé. À ce titre, le papyrus est une source remarquable pour l’étude des processus de fixation toponymique : quel type de repère devient un toponyme, pourquoi, etc.

Il permet en tout cas d’esquisser – chose rare pour cette période – l’étude d’un système toponymique en synchronie, et surtout d’un système relevant de la toponymie réelle, concrète. Les toponymes n’ont en effet, dans le papyrus Wilbour, qu’une fonction locative.

A.H. Gardiner a donné, entre 1941 et 1952, une édition magistrale de ce papyrus hiératique[1]. Transcription et traduction bien sûr, mais aussi une remarquable première étude des données économiques. En ce qui concerne la toponymie, il se concentre surtout sur la localisation des noms de lieu sur la carte et la définition des grandes zones couvertes par l’un des deux textes écrits sur le papyrus, le texte A. Il consacre tout de même quelques pages éclairantes à la nature de la toponymie, mais insiste sur le fait qu’une étude plus en profondeur reste à mener sur le sujet. Depuis, ce sont surtout les données économiques, d’une interprétation extrêmement complexe, qui ont intéressé les chercheurs[2]. Mais la nature même du système toponymique tel qu’il apparaît dans le papyrus n’a pas fait l’objet d’une étude spécifique[3].

C’est cette étude du système toponymique mis en œuvre dans le papyrus Wilbour que j’ai entamée. Dans ce cadre, la localisation de ces toponymes – la plupart ne pouvant d’ailleurs être positionnés précisément sur une carte – m’intéresse moins que l’analyse de la nature de cette toponymie (structure des toponymes, référents employés, etc.). Une telle étude peut à mon sens en dire long sur les rapports entre homme et paysage, mais aussi sur la manière de localiser, de s’approprier l’espace, ou encore sur les processus de fixation toponymique. J’ai donc pour but :

  • De dresser une typologie des toponymes utilisés dans le papyrus.
  • De comprendre ce que les toponymes du P. Wilbour peuvent révéler de la configuration du paysage antique et de son occupation par l’homme.
  • D’essayer de comprendre comment les rédacteurs de ce papyrus percevaient l’espace, le paysage, et comment ils s’orientaient, se repéraient dans cet espace.

Dans ce but, j’ai commencé à regrouper les toponymes de même structure ainsi que ceux qui incluent les mêmes mots, ou des termes appartenant au même champ lexical (plantes, animaux, éléments du relief, types d’implantations humaines, etc.). Il s’agira de comprendre quels sont les termes ou les champs lexicaux privilégiés dans la création toponymique. Pour chaque groupe, j’ai également essayé de voir s’il était plus ou moins fréquent dans chacune des quatre zones géographiques définies par le texte A du papyrus.

Il me faut tout d’abord revenir brièvement sur la nature et le mode d’élaboration de ce texte, afin de bien comprendre la nature des données disponibles. Il s’agit donc d’un papyrus fiscal, donnant la localisation, la surface et les revenus fiscaux de certains types de terre. Deux textes sont écrits sur ce papyrus de près de 10m, inscrit recto-verso : ils sont nommés textes A et B par A.H. Gardiner, le premier étant le plus long des deux (2793 parcelles sont recensées dans le texte A, contre 602 dans le texte B). Bien que copié après le texte A sur le papyrus, le texte B est de composition antérieure. Mais il est difficile de dire combien de temps s’est écoulé entre la composition de ces deux textes. Au grand maximum 10 ans, sans doute beaucoup moins. Pourquoi un texte plus ancien a-t-il été copié sur ce rouleau plus récent ? Peut-être pour vérifier et recouper des données, puisque certaines parcelles de terres sont mentionnées dans les deux textes.

Le texte A est divisé en quatre sections, chacune correspondant à une séquence datée de l’opération d’arpentage et d’évaluation, et donc à une zone géographique. Les opérations se sont déroulées du Nord au Sud.

Carte Gardiner

Les quatre grandes zones du texte A replacées sur la carte par A.H. Gardiner (The Wilbour Papyrus II, Londres-Oxford, 1948, carte n°2)

 À l’intérieur de chacune de ces zones cependant, la présentation ne se fait pas par ordre géographique, mais par institutions bénéficiaires ou responsables des parcelles ensuite énumérées. Sous l’en-tête précisant le nom de l’institution, chaque parcelle est localisée, puis ses dimensions précisées ainsi que les revenus putatifs que l’on pouvait s’attendre à en tirer, et l’identité de celui qui était chargé de l’exploitation de la terre. La localisation de chaque parcelle est indiquée par son orientation, selon les directions cardinales, par rapport à un repère ; parfois un second repère est mentionné, si un seul ne suffit pas (ex. « Mesures prises au sud-est de Iy-idehou » ; « Mesures prises dans l’île au nord-est de Per-pa-ma » ; « Mesures prises au nord de Pen-Shasou, dans le Lac d’Iryut » ; « Mesures prises dans le plan d’eau à l’est de Sharopé »).

Malheureusement, l’identité de l’équipe d’arpenteur est inconnue. Le nom des responsables de l’opération était indiqué, pour le texte A, dans les lignes introductives aux opérations dans la zone I, mais ces lignes sont perdues. Le ou les mêmes personnages ont dirigé les opérations en zone II, III et IV, mais leur nom n’est pas répété dans les introductions de ces parties : on indique simplement qu’il s’agit des mêmes fonctionnaires. En tout cas, c’est la ou les même(s) équipe(s) qui a (ont) mené les opérations dans les quatre zones. Il y a donc obligatoirement une uniformité dans la méthodologie développée, les mêmes observateurs arpentant des zones de morphologie différente.

Il est important de prêter attention à l’identité des arpenteurs qui ont élaboré ce type de documents cadastraux ou fiscaux. Elle peut influer grandement sur la manière de rendre compte de la localisation des parcelles. La transmission toponymique n’est en effet sans doute pas identique, avec du personnel originaire de ou étrangers à  la zone arpentée.

L’identité des équipes à l’œuvre dans le texte B n’est pas connue non plus. Ce second texte compile le recensement d’un seul type de terre, les terres-khata, qui sont des terres royales. Il couvre une aire plus importante que le texte A, s’étendant plus au nord en particulier. Encore une fois, le regroupement des parcelles en paragraphes n’obéit pas à un classement géographique. On observe un regroupement par fonctionnaire responsable des terres. Mais la géographie s’y introduit parfois : le chambellan Ousermaatrênakht avait sous sa responsabilité une telle surface de terres royales, que ces parcelles ont été regroupées géographiquement, du nord au sud, dans les six premiers paragraphes préservés du texte. Lorsque le responsable mentionné dans l’en-tête du paragraphe est le gouverneur d’une ville, les parcelles mentionnées ont également toutes chances de se trouver dans les environs de la ville en question.

Sur le stock toponymique qui apparaît dans le papyrus Wilbour, seuls quelques toponymes anciens, désignant les grands centres régionaux (par exemple Nn-nswt qui désigne Hérakléopolis, attesté depuis l’Ancien Empire, ou encore Sw, près d’Hérakléopolis), sont connus par d’autres sources. Ce qui amène A.H. Gardiner à s’interroger : « Is this because the names of places were very ephemeral ? Such is not the general experiences in other countries, and one would be surprised to find it contradicted in Egypt »[4]. Les études nombreuses faites récemment sur la microtoponymie, pour d’autres espaces que l’espace égyptien et d’autres périodes que l’Antiquité, montrent au contraire que la microtoponymie est généralement soumise à une forte volatilité. On peut s’interroger en particulier sur la question des « noms spécifiques », c’est-à-dire des toponymes spécifiques à chaque cadastre ou document fiscal. Il s’agit généralement de noms composés, créés afin de préciser la localisation d’une parcelle[5].

J’ai commencé à livrer les résultats de mon étude préliminaire sur ce système toponymique lors de deux conférences en novembre 2012 et juin 2013[6]. Ces premiers résultats sont encourageant et m’invitent à poursuivre dans cette voie. Encourageant tant sur le plan de la toponymie et de l’espace que sur celui de la lexicographie. Il apparaît en effet que certains termes jugés rares ou n’apparaissant que dans des productions de scribes de haut niveau (on pensera aux Late Egyptian Miscellanies en particulier), sont également employés dans la microtoponymie du P. Wilbour. Où l’on s’aperçoit une fois de plus que notre connaissance du lexique égyptien est encore bien lacunaire.

Ces premiers résultats indiquent que la place de l’humain dans la toponymie du P. Wilbour est importante : les termes désignant des établissements humains, des habitations isolées, des villas, des greniers, etc., sont régulièrement employés. Il n’est d’ailleurs pas toujours aisé de comprendre s’ils appartiennent au toponyme ou le précèdent, dans le schéma toponymique suivant, qui est le plus fréquent :

Elément générique + élément spécifique

Exemple : ex tȝ wḥy.t nȝ wʿ.w, « le village des soldats », où « le village » est l’élément générique et « des soldats » l’élément spécifique. Ici, c’est un élément caractéristique de l’écriture égyptienne qui permet de comprendre que l’ensemble constitue un toponyme : le déterminatif dit « de la ville » , signe qui ne se prononce pas mais rattache le mot à une catégorie spécifique du réel, l’implantation humaine. Ce signe est très régulièrement écrit à la fin des toponymes.

L’examen de l’emploi de ce signe dans les « repères » utilisés pour situer les parcelles est d’ailleurs essentiel. Il permet d’observer la « fabrique toponymique », comme le montre le §10 du Texte B :

2

Ici, l’en-tête indique que le dignitaire en charge du groupe de parcelles recensées dans le paragraphe est un « directeur des champs du district du sud » (cadre vert). De manière logique, un certain nombre des parcelles sous sa responsabilité sont situées autour de sa maison, qui joue le rôle de repère dans le paysage : cette « maison du directeur des champs » est mentionnée à cinq reprises dans le paragraphe (cadres orange), sans que le déterminatif de la ville soit jamais écrit à la fin de ce repère. En revanche, on note que trois autres parcelles sont orientées par rapport à des repères ou toponymes présentant la même structure que le repère « maison du directeur des champs ». Il s’agit de « la maison de Mahou », « la maison de Méryrê » et « les maisons de Houy » (Mahou, Méryrê et Houy sont des anthroponymes). Dans ces trois cas, le repère est suivi du déterminatif de la ville, qui indiquerait qu’il s’agit de trois toponymes à part entière (il n’y a pas d’attestation d’anthroponymes seuls qui seraient devenus des toponymes ; ils sont toujours accompagnés par un élément générique). L’emploi du déterminatif de la ville dans ce paragraphe ne relève donc pas du hasard et permet de comprendre comment l’on peut passer du simple repère paysager au toponyme.

J’aimerais encore donner un exemple montrant tout l’intérêt de l’étude de ce système toponymique. Il s’agit des toponymes construits sur les structures suivantes : P(ȝ)-n-X : « celui de X » et T(ȝ)-n.t-X : « celle de X », « celui » ou « celle » désignant sans doute dans ce cas un lieu, village, etc. Les toponymes de ce type sont particulièrement nombreux dans le papyrus Wilbour (84 occurrences pour 23 ou 24 toponymes différents pour P(ȝ)-n-X ; 44 occurrence pour 12 toponymes différents pour T(ȝ)-n.t-X )

Une telle construction est bien connue dans l’anthroponymie des particuliers au Nouvel Empire. Mais sa présence dans la toponymie a jusqu’à présent été peu soulignée, excepté peut-être pour les toponymes construits sur la structure plurielle Nȝy-n-X, « ceux de X ».

La plupart des toponymes en p(ȝ)-n(y)-X sont employés dans le texte A (68 occurrences pour 21 toponymes). La grande majorité d’entre eux sont localisés dans la zone III ; quelques occurrences seulement apparaissent en zone IV, une seule en zone I et aucune en zone II. Il me semble logique de proposer que ces toponymes datent de la même période et qu’ils soient les témoins d’un intérêt particulier pour le développement agricole de la zone III à un moment donné du Nouvel Empire. Cela pourrait être confirmé par le fait que cette zone abrite le plus fort pourcentage de militaires gérant des terres parmi les quatre zones. Encore le signe d’une politique volontaire relevant de l’initiative du pouvoir central.

La seconde partie de ces toponymes en p(ȝ)-n(y)-X peut être constituée d’éléments de différente nature : flore (P(ȝ)-n(y)-jmȝ, « celui de l’arbre-Ima »), ethnonymes, (P(ȝ)-n(y)-Šȝsw, « Celui des Shasou » ; P(ȝ)-n(y)-Nḥsyw, « Celui des Néhésyou », P(ȝ)-n(y)-Mḏȝy, « Celui des Medjay »), anthroponymes (P(ȝ)-n(y)-Kl, « Celui de Kel), divinités – à moins qu’il ne s’agisse de noms de dieux employés comme anthroponymes – (P(ȝ)-n(y)-Sbk, « Celui de Sobek »), ou encore éléments plus variés (P(ȝ)-n(y)-ḥtryw-mḥty, « Celui des chars du Nord », P(ȝ)-n(y)-wḏḥw, « Celui de la coupe »).

 tableau 1-a

Tableau 1bTableau des toponymes en p(ȝ)-n-X (AI, II, III, IV correspondent aux quatre zones du Texte A, B au Texte B ; dans chacune des case est indiqué le nombre d’attestations du toponyme)


[1] A.H. Gardiner, The Wilbour Papyrus, 3 vol., Londres-Oxford, 1941-1948, complété en 1952 par un quatrième volume d’indices, compilé par R.O. Faulkner.

[2] Pour un synthèse sur ces travaux et les références, cf. B.J. Haring, Divine Households. Administrative and Economic Aspects of the New Kingdom Royal Memorial Temples in Western Thebes, EgUit 12, Leyde, 1997, p. 283-325.

[3] Signalons cependant les travaux récents et stimulants de J.-C. Antoine, exposés dans son article « The Wilbour Papyrus revisited : the land and its localisation. An analysis of the places of measurement », SAK 40, 2011, p. 9-27. Il se concentre essentiellement sur les termes désignant des types de terre (jdb, mȝwt, jw, etc.), afin de mieux comprendre leur localisation dans le paysage égyptien.

[4] A.H. Gardiner, The Wilbour Papyrus, vol. II, Commentary, Londres-Oxford, 1948, p. 36

[5] C. Mariacci-Roche, « Toponymie cadastrale, toponymie vécue : l’appropriation du terroir de Callian (Var) par ses habitants », dans M. Pelletier (dir.), Géographie et cartographie historique : méthodes et résultats, 126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001, p. 58.

[6] « Toponymie et repères paysages en Egypte pharaonique : quelques perspectives », à l’occasion du colloque « Décrire, imaginer, construire l’espace : toponymie égyptienne de l’Antiquité au Moyen-Âge » que j’ai organisé à l’université Paris-Sorbonne avec Sylvain Dhennin (Ifao) ; « Looking at the Egyptian countryside with Egyptian eyes : P. Wilbour as a case-study of toponymy and microtoponymy », séminaire donné à l’Université Johannes Gutenberg de Mayence à l’invitation de Tanja Pommerening.


Systèmes Toponymiques

“Systèmes toponymiques” est un programme de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (coord. S. Dhennin, Cl. Somaglino) développé en partenariat avec l’université Paris-IV Sorbonne (Centre de Recherches égyptologiques de la Sorbonne), l’équipe du portail Trismegistos de la KU Leuven, et le Deutsches Archäologisches Institut Kairo (DAIK).

More Posts

Une réflexion au sujet de « Le papyrus Wilbour : une source exceptionnelle pour l’étude de la toponymie et de la microtoponymie égyptienne. Quelques réflexions tirées d’une étude en cours. »

  1. Ping : Le papyrus Wilbour : une source exceptionnelle ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *