Présentation du projet de Lexique multilingue des termes géographiques de l’Égypte ancienne et médiévale

par S. Dhennin et Cl. Somaglino

Sans-titre.jpgLe traitement de la documentation toponymique nous amène régulièrement à rencontrer des termes géographiques désignant les découpages administratifs, les établissements humains, les types de terres cultivables, les reliefs, etc. Ces termes précédent souvent des toponymes, ou peuvent encore, dans un second temps, être fossilisés dans certains d’entre eux. La définition de ces vocables n’est pas toujours aisée et peut naturellement varier selon les époques et le type de sources (administratives, religieuses, historiques, etc.). D’où, nous semble-t-il, l’importance d’un effort de redéfinition de l’ensemble de ces termes.

Nous avons donc décidé la publication d’un lexique multilingue des termes géographiques utilisés dans la documentation égyptienne, de l’Antiquité au Moyen-Âge inclus, pour la fin du programme quinquennal, soit courant 2016. Il s’agit, pour ce premier volume, de rédiger des notices sur les principaux termes égyptiens (hiéroglyphique, démotique, copte), grecs, latins et arabes, employés dans la documentation pour désigner des établissements humains (niout, demi, ktêma, komè, etc.) et des découpages administratifs (sepat, tosh, nome, markaz, etc.). Une vingtaine de termes sera traité pour chaque langue par des spécialistes des périodes envisagées. Il s’agit donc d’un travail collectif, qui permettra aux spécialistes de chacune des périodes chronologiques de dialoguer entre eux, mais aussi de réfléchir sur le temps long pour les termes qui se transmettent d’un état de langue à un autre (de l’égyptien classique au copte par exemple).

Une notice-type a été élaborée par le groupe de travail. Nous en donnons ci-dessous la structure générale, ainsi qu’un exemple rédigé. Soulignons ici que l’ouvrage dirigé par Chr. Topalov, L. Coudroy de Lille, J.-Ch. Depaule et B. Marin, L’Aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues et les sociétés, publié chez Robert Laffont en 2010, a constamment nourri notre réflexion sur la forme à donner à ces notices.

Notice type :

– Entrée : mot dans sa langue d’origine (égyptien ancien dans ses différents états, grec, copte, arabe) : menenou, polis, markaz. Les entrées seront indiquées en transcription latine, quelle que soit la langue, afin de pouvoir réaliser un classement purement alphabétique, à partir de l’alphabet latin, dans l’ordre : komè, ktèma, markaz, sepat, tosh. Cette transcription sera immédiatement suivie du terme dans son écriture originelle : hiéroglyphique, démotique, copte, grecque, arabe. Un index de tous les termes traités, par langue et dans leur écriture d’origine sera donné en fin de volume.

– Traduction : la traduction proposée par le(s) auteur(s) de la notice sera tout d’abord indiquée. Il n’est pas toujours simple de donner une traduction, mais reprendre les termes uniquement en transcription dans la littérature scientifique s’avère également complexe, car alors comment se comprendre entre différentes spécialités ? Pour mémoire, un « historique de la traduction » sera ensuite donné, à savoir la/les traduction(s) proposées jusqu’à présent pour le terme dans les principaux dictionnaires de langue envisagée.

– Etym. : bref rappel de l’étymologie du terme traité (racine, emprunt, structure du mot, etc.)

– Définition : l’essentiel de la notice consistera en une définition « en contexte » du terme, précisant quels sont ses emplois et son sens selon les périodes et le contexte d’utilisation. La présentation chronologique sera privilégiée dans le mesure du possible. Il sera fait référence au sein de la notice aux principaux documents qui permettent d’établir la définition.

– Bibliographie :

  • Sources citées : références précises des principales occurrences du terme citées dans la définition.
  • Etudes : références bibliographiques sur le terme étudié.

 

Exemple de notice

Menenou (mnnw)

menenou

Égyptien ancien, nom masc.

 Traduction :

– Traduction proposée : « forteresse » pour l’Ancien et le Moyen Empire ; « ville fortifiée » (plus ponctuellement « forteresse ») pour le Nouvel Empire.

– Historique de la traduction : Forteresse, Festung, fortress : Wb. II, 82, 2-7, FCD, p. 109; Anlex. 77.1733, 78.1737, 79.1225 ; Lesko, DLE I, p. 187-188 ; Hannig, GHwb, p. 359 (13022-24)

Etym. : l’étymologie du terme reste difficile à éclaircir. Mnnw pourrait dériver d’une racine mn, « être ferme, être établi, demeurer, rester ». D’autant que le terme véhicule dans ses différents emplois les notions de protection, solidité, durabilité, qui correspondent parfaitement à cette racine mn. On pourrait donc penser à une reduplication de la dernière radicale de mn afin d’intensifier son sens ; ou encore à un substantif formé à partir d’un participe perfectif passif dans sa forme de l’Ancien Empire : « ce qui est établi, solide, durable ». Dès l’Ancien Empire, le terme doit être translittéré mnnw et non pas mnw, comme semble le prouver le jeux de mot entre mnnj et mnnw dans les Textes des Pyramides (1).

Définition :

Le vocable mnnw apparaît à l’Ancien Empire (fin de la IVe dynastie) dans des titres administratifs. Les attestations du terme sont encore très peu nombreuses durant l’Ancien Empire (11 occurrences sur 4 monuments différents) : excepté une occurrence dans les Textes des Pyramides (1), le terme est employé uniquement dans le titre « directeur d’un menenou royal » (jmy-rȝ mnnw nswt), attribué à trois dignitaires des IVe et Ve dynasties (2-4). La localisation et la nature de ces structures ne ressortent pas clairement de la documentation disponible (d’autant qu’aucun toponyme ne suit le terme), mais l’emploi du déterminatif de la tour indique qu’il s’agissait d’un établissement fortifié. L’un d’entre eux était sans doute établi sur la frontière orientale du Delta, non loin de l’entrée du ouadi Toumilat, un autre peut-être aux limites du Fayoum.

Au Moyen Empire, le terme menenou est bien plus abondamment attesté, dans des documents essentiellement administratifs (des centaines d’empreintes de sceaux de 32 modèles différents, 15 occurrences dans 6 des dépêches de Semna [5]), mais aussi quelques textes commémoratifs privés ou royaux (stèles [6], inscriptions rupestres). Ces sources indiquent que le terme menenou désignait les imposantes forteresses de briques crues édifiées par les Égyptiens en Nubie, entre les 1re et 2e cataractes du Nil, afin de sécuriser et coloniser ces territoires récemment conquis. Le vocable désignait non seulement la forteresse, mais aussi l’entité administrative qu’elle représentait. Il pouvait être suivi d’un toponyme, au génitif direct ou indirect : « le menenou de Bouhen » (mnnw Bhn), « le menenou d’Eléphantine » (mnnw n Ȝbw), « le menenou de Itenou-pedjet » (mnnw Jtnw-pw.t), etc. Le dernier toponyme cité signifie « Qui s’oppose aux Arcs » : ces menenou du Moyen Empire portaient en effet pour certains un toponyme local égyptien sur la frontière sud (ex. Ȝbw), ou nubien dans les territoires conquis (Bhn), et pour d’autres un « nom-programme », néotoponyme forgé par le pouvoir égyptien durant la deuxième phase de l’implantation égyptienne en Nubie, sous Sésostris III et qui exprime la politique égyptienne dans la région tout en constituant une défense symbolique (« Puissant-est-Khâkaourê-justifié », « Qui repousse les Iounou », « Qui assujetti les pays étrangers », etc.). Le toponyme seul servait d’ailleurs très souvent à désigner la forteresse, sans qu’il soit besoin de le faire précéder de la mention menenou : Bhn, Ȝbw, Jtnw-pwt …

L’Onomasticon du Ramesseum, qui date de la XIIIe dynastie, donne une liste de 17 menenou localisés entre le Gebel Silsileh (?) et Semna-Kumma, soit sur la frontière sud de l’Égypte proprement dite et dans les territoires conquis par les Égyptiens (7). L’existence de menenou en dehors de cette zone méridionale n’est d’ailleurs pas attestée dans la documentation du Moyen Empire. Ces 17 toponymes sont présentés sous forme de liste (un toponyme par ligne) et précédés de la mention « les menenou de » (mnnw.w n) mise en facteur commun. Suit une liste des villes de Haute-Égypte.

Au Nouvel Empire, le terme, connu par 46 occurrences dans 33 textes différents, connaît un usage plus diversifié. Il continue à désigner les établissements égyptiens dans les territoires conquis de Nubie (Saï, Amara-ouest, Soleb par exemple, parmi ceux qui peuvent être rattachés de manière certaine à un site archéologique). Suivi ou non d’un toponyme précisant sa localisation, il est en usage essentiellement dans des textes royaux, mais il est vrai que la documentation administrative concernant ces implantations nubiennes est bien moins abondante qu’à la période précédente. Ces établissements égyptiens du Nouvel Empire relèvent davantage de la ville fortifiée que de la forteresse : mur d’enceinte relativement léger, importance du temple dans le tissus urbain, etc. Les menenou continuent donc, sous une autre forme, à être la forme d’implantation égyptienne privilégiée en Nubie. Il est à noter cependant que le vocable ne désigne plus des structures établies sur la frontière sud de l’Égypte proprement dite, mais seulement celles établies en territoires conquis : le poste-frontière de Senmout, sur la 1re cataracte du Nil, désigné par le terme menenou durant le Moyen Empire, est désormais dénommé khetem*.

Des menenou sont également établis dans d’autres régions au Nouvel Empire. Thoutmosis III indique avoir créé un menenou au Liban (Rmnn), dans les Annales de Karnak (8) et la stèle du Gebel Barkal (9) ; les textes de Mérenptah sur la guerre libyenne mentionnent la présence de menenou à l’ouest du Delta (10). L’un d’entre eux a été identifié avec la forteresse de Zawiyet Umm el-Rakham, à 300 km à l’ouest d’Alexandrie, occupée sous le règne de Ramsès II.

Il est à noter que le terme est étroitement relié à la sphère royale – les menenou de l’Ancien Empire sont d’ailleurs des « menenou royaux » – et véhicule l’idée de protection, de sécurité. Il est parfois employé métaphoriquement pour désigner le temple, comme « forteresse » du dieu (une stèle d’Amenhotep III qualifie le temple de millions d’années du roi à Kom el-Heitan de « menenou pour toujours et à jamais », 11), ou encore le roi qui protège son armée sur le champ de bataille (Thoutmosis III est ainsi décrit comme « un Horus fort de bras, un menenou efficace pour son armée, un refuge pour les gens du commun » sur la stèle du Gebel Barkal, 12).

À l’époque gréco-romaine, le terme est également employé très ponctuellement dans le sens d’«enceinte de temple », là aussi sans doute de manière métaphorique (13).

Bibliographie :

Sources citées : 1 PT 662a  ; 2 Nésout-Nefer : Junker 1938, p. 172-174, fig. 27-28 ; 3 Demedj : Scott 1952, p. 116-119; 4 Inti : Kanawati, McFarlane 1993, p. 16(2), pl. 31, 32, 38 ; 5 Smither 1945, p. 3-11, pl. II-VII ; Stèle de Sésostris III à Ouronarti en particulier : Janssen 1953, p. 51-55, pl. LXV ; 7 AEO p. 10-11, pl. II ; 8 Urk. IV, 739, 15-16 ; 9 Urk. IV, 1233, 6 ; 10 KRI IV, 4,9, 7,3 et 18,5 ; 11 Urk. IV, 1648, 8 ; 12 Urk. IV, 1230, 12 ; 13 Edfou VII, 39, 2.

Études : Somaglino (à paraître) ; Moreno-Garcia 1997, p. 116-130 ; Morris 2004, passim ; Vogel 2004, passim ; II, col. 194-203.

Voir également : khetem, sebty, demi


Systèmes Toponymiques

“Systèmes toponymiques” est un programme de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (coord. S. Dhennin, Cl. Somaglino) développé en partenariat avec l’université Paris-IV Sorbonne (Centre de Recherches égyptologiques de la Sorbonne), l’équipe du portail Trismegistos de la KU Leuven, et le Deutsches Archäologisches Institut Kairo (DAIK).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *